Ecosystème



Ecosystème
Définition & concepts associés

Ensemble d’agents économiques qui interagissent en symbiose, pour réaliser un jeu de « transformations » utiles à une ou plusieurs « parties prenantes ».
L’écosystème, vu dans sa globalité, en dehors de ses opérateurs internes, concerne des agents externes, qui sont intéressés à son existence et ses finalités.
L’écosystème est un ensemble de fonctions de transformation, qui déploie sa mécanique, ses opérations, pour les différentes parties prenantes, dans la recherche de satisfaction et de performance.
L’écosystème prend en compte, outre les parties prenantes, des objets physiques ou non (dématérialisés), et des concepts qui sont origines et aboutissements de transformations : offre de produits, composants matériels, etc… Ce sont des « objets métier » : finances = titres,« deals », prêts, comptes, Assurance=sinistre, prime, liquidation, Etc…
Les écosystème évoluent, et font preuve d’une grande adaptabilité.
De même que l’homéostasie permet à un organisme vivant de maintenir son équilibre malgré les changements de son environnement, un écosystème a une autorégulation naturelle.

Représentation graphique

Les frontières de l’écosystème peuvent être assemblées dans un schéma symbolique, le « polygone de Mandel ». Ce qui revient à tracer son périmètre. Le « polygone de Mandel » est une puissante synthèse des fondamentaux d’un écosystème.

Ex :Les grands cycles
Eléments de syntaxe
  • Il n’existe pas de limite quant au nombre de cycles caractéristiques de l’écosystème.
Check List
  • Un écosystème a en général des frontières typiques (parcours client, création de produits, fabrication, distribution,...) en fonction de ses activités. Ces frontières sont de très forts invariants.
Questions clés pour expliciter les invariants
  • A-t-on identifié tous les cycles fondateurs des activités ?
  • Quels sont les cycles « cœur de métier » ?
  • Existe-t-il une dissociation entre les cycles « bénéficiaires-allocataires », « clients » : cas des mutuelles, des utilities.
  • Existe-t-il une dissociation entre les cycles d’achat et de consommation : abonnement, assurance,… Ces différences sont-elles clairement prises en compte ? Quelles sont les flux d’information et de services qui en découlent ?
  • Les cycles, parcours, ainsi identifiés changent-ils au cours du temps ? Selon quelle période (par exemple campagne annuelle pour la mode, la distribution, la scolarité,…).
  • Ces « cycles des cycles » obéissent aussi à une dynamique d’événements typique (préparation de la nouvelle collection, de l’exercice budgétaire, d’un plan pluriannuel, d’un contrat de concession, d’une nouvelle gamme de véhicules). Ils peuvent remettre en cause les transformations réalisées lors des cycles opérationnels.
  • Le polygone de Mandel présente les principales frontières identifiées. A ce niveau de synthèse on regroupe les cycles qui sont des variantes d’un même cycle générique (concerne les mêmes objets, avec des transformations de même type : par exemple différents modes de recrutement par une école d’ingénieur…).

No comments:

Post a Comment